Bienvenue sur le site internet du Conseil Départemental de l'Isère de l'Ordre des Médecins

Bulletin de l'ordre de décembre 2017

le dernier bulletin de l'ordre des médecins de l'Isère est en ligne ici => Voir la page dédiée

 

LA REGULATION ISERE RECRUTE

LA REGULATION ISERE RECRUTE

 

Après une magnifique aventure de quatre ans à effectif complet, l’Association des Médecins Régulateurs Libéraux de l’Isère (AMRLI) arrive à stade nouveau.

Notre organisation, et le service rendu apprécié par la population, a boosté notre activité (+ 21 % en 2017). Plusieurs plages supplémentaires nous ont été octroyées par l’ARS.

Cinq nouveaux généralistes seraient les bienvenus dans l’association. Pour les confrères qui seraient intéressés, voici les réponses aux deux questions qui nous sont les plus souvent posées.

1) Quel intérêt y a-t-il à faire de la régulation en Isère ?

La régulation permet de faire de la médecine autrement. Tout en nous sortant de notre cabinet, elle se pratique sans souci administratif ni matériel, au sein d’une association dynamique et consensuelle de plus de 50 médecins. Elle nous permet une coopération sereine avec les médecins et les aides hospitaliers, facilitée par des moyens techniques puissants et par la configuration “open space” du Centre de Régulation (cf. photo).

 De l’avis de tous, réguler est une activité valorisante et intellectuellement stimulante. Elle approfondit notre expérience en nous ouvrant une grande variété de malade, de maladies, et de pratiques des confrères MG.

Réguler donne un complément de revenu apprécié: en semaine quatre heures font 300 €, en WE cinq heures font 450 €, en nuit quatre heures font 400 €. Certes ce sont des revenus libéraux, mais il s’agit de tarifs exceptionnels pour des généralistes, dans la mesure où :

- ils sont déductibles de l’impôt sur le revenu

  •  

- il n’y a pas de temps administratif supplémentaire comme dans un cabinet libéral,

- Et pour ceux qui habitent à plus de 15 km, une indemnité est payée selon le kilométrage

 

Réguler laisse une grande liberté. En Isère, nous travaillons sur environ 300 plages mensuelles de 3 à 5h, dont le choix est libre : certains prennent 2 plages par mois, d’autre 14 plages. L’algorithme d’attribution est parfaitement équitable, et extrêmement confortable (remplissage du planning à 95 % au second tour). D’où la possibilité de diversifier son activité médicale de façon modulable, tout en respectant nos centres d’intérêt (famille, sport, autre spécialité…).

 

2) A quelles difficultés doit-on s’attendre pour réguler ? 

A la base réguler est ce qu’on fait tous les jours au cabinet. Une régulation n’est pas une consultation complète, mais un débrouillage sobre de situation de médecine générale non urgent (le plus menaçant est orienté vers les urgentistes).

En pratique réguler suppose simplement en plus : une acquisition (facile) de la téléphonie, quelques rudiments de l’organisation des secours en Isère, et des conseils de communication rapide avec l’appelant.

Tous les régulateurs de l’AMRLI ont connu l’appréhension – naturelle – de commencer. Pour lever cette difficulté, il existe de nombreuses facilités (régionales ou propres à l’association). Par exemple sans engagement de votre part, nous vous invitons à visiter notre téléphonie, et/ou à assister en double écoute à autant de régulations en live que vous voulez (la première visite est même subventionnée).

Si ces visites ont suscité votre intérêt, voici quelques aides pour démarrer en douceur :

 

Vous pouvez vous lancer vous-même à de vraies régulations, à l’écart sans participer au planning, assisté d’un régulateur avec lequel vous débriefez chaque appel à votre rythme, autant de fois que vous voulez.

A votre disposition existent des séminaires de niveau 1 et de niveau 2, conseillés pour vous donner les meilleurs conseils de gestion des appelants. Presque chaque année aussi, un DU de régulation médicale est organisé par le SAMU, il est apprécié pour enrichir ses connaissances de l’organisation des secours, et des urgences (même si normalement ce n’est pas de notre ressort, c’est intéressant et cela sécurise).

Lors des premières régulations que prend un nouveau médecin, il est placé sur un horaire facile et toujours en compagnie d’autre(s) régulateur(s) qui sauront répondre à ses questions, et qui respecteront son rythme.

De plus on est beaucoup aidé en matière de sécurité. Historiquement à chaque occasion, le législateur ou la jurisprudence prennent les bonnes décisions pour défendre notre statut de collaborateur du service public (très rare pour un libéral), nous donnant le bénéfice de la couverture assurantielle de l’hôpital. Et plus encore en cas de litige, la jurisprudence privilégie toujours la responsabilité de l’établissement plutôt que celle d’un régulateur.

L’association aussi est un soutien en elle-même. Il y a une réelle communauté de vie associative, et les institutions sont très sensibles à nous défendre : Ordre, ARS, hospitaliers ou administration du CHU…

Enfin au jour le jour, pour tous les régulateurs, à tout moment : les Aides à la Régulation Médicales (ARM) aident volontiers pour la téléphonie, ou pour l’organisation des secours. Sinon, le soutien des collègues libéraux ou hospitalier est toujours possible aussi bien pour la médecine que pour la logistique.

Pour tout renseignement ou invitation, laisser vos coordonnées à notre secrétaire – 04 76 25 01 91 ou medecinsregulateurs38@gmail.com – un responsable de l’association (l’AMRLI) vous contactera.

Le Bureau de l’AMRLI (Patricia Nalpas, Anne Remy, Jean-Louis Chabert, Philippe Baud, Déborah Cadat, Philippe Lagrange)

 

 

Documentation du Département de l'Isère : "s'installer en Isère"

 

 

le Département souhaite lutter contre la désertification médicale. Il a décidé d’offrir aux jeunes médecins un dispositif privilégié pour finaliser leurs études et leur implantation en Isère. Ce dispositif est présenté pour la première fois  à l'occasion du GNGE 2016.

Bourse d'étude

  • A compter de septembre 2017, le Département accordera chaque année des bourses d’études de 3 ans à une vingtaine de médecins généralistes afin de les aider à s’installer en binômes dans les territoires manquants de généralistes.
    Cette bourse est un complément à leur rémunération mensuelle. En contrepartie, les jeunes médecins devront s’engager à s’installer dans les zones labellisées « Désert Médical », c’est-à-dire celles qui comptent moins de 7 médecins pour 10 000 habitants.
  • Augmentation du nombre de médecins tuteurs de stage
    Le Département participera à la formation des médecins généralistes dans les zones labellisées en échange de leur engagement à accueillir les internes du dispositif.
  • Aide à l’acquisition de matériel lors de leur première installation.
  • Accompagnement lors de stage en Isère
    Pour encourager l’installation le Département accompagne les jeunes médecins en leur aisant découvrir l’Isère durant leur stage.

Consultez la plaquette "S'installer en Isère" sur le site du Département :

https://www.isere.fr/actualites/sinstaller-en-isere